L’adénomyose ou endométriose interne. Voilà de quoi je souffre depuis quelques années je pense, et que j’en suis pleinement consciente depuis plus d’un an.

Qu’est ce que c’est ? L’adénomyose ou (endométriose interne) est une affection gynécologique caractérisée par la présence des glandes endométriales et des tissus de support (stroma cytogène) dans le myomètre (paroi musculaire de l’utérus). Voilà ce qu’on trouve sur internet lorsque l’on fait une recherche.

Mon histoire ? 

Mais moi je peux vous expliquer plus en détails ce que c’est : mal au ventre à ne plus pouvoir marcher, pliée en 4 lors des menstruations, l’impression qu’on nous déchire le bas du ventre pendant certains rapports. Au début c’est « normal » nous disent les médecins, « toutes les filles ont mal au ventre pendant les règles », au début c’est « normal » d’avoir des douleurs pendant les rapports « toutes les filles ressentent ça au début » etc etc. Jusqu’au jour où j’ai dis stop et j’ai décidé de chercher les réponses plus loin, où j’ai décidé d’aller voir des spécialistes, des gens qui me croiraient réellement, qui me prendrait au sérieux. Ça a pris plus d’un an mais ils ont trouvés. Ça m’as valu des rendez vous infinis à l’hôpital, une IRM qui n’a rien donné, des échographies à gogo, jusqu’à l’opération où le médecin me dit « ne vous inquiétez pas, vos douleurs sont là je vous crois et je chercherai pendant 3h s’il le faut mais je suis là pour vous aider ». Ce jour là, l’opération a duré 45 minutes seulement et à mon réveil j’ai entendu des infirmières parler à côté de moi en disant « finalement c’était rien, ça n’a pas duré longtemps ». Ces infirmières m’ont installées dans ma chambre et m’ont dit que lorsque j’en aurais envie je pouvais appeler ma maman pour qu’elle vienne me chercher et le médecin viendra me voir ensuite. J’ai donc appelé ma maman en pleurant, en lui disant que j’étais folle, que ça n’avait servi à rien parce que je n’avais rien du tout et que maintenant la seule chose à faire était d’aller voir un psychologue parce que ouais j’étais folle. En tout cas c’est comme ça que j’ai pris la chose lorsque j’ai entendu la conversation des infirmières. Ça m’a achevée.

Ma maman est arrivée, j’étais toujours dans tous mes états et c’est à ce moment là que la chirurgienne entre dans ma chambre et me dit « bon j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle ! La bonne c’est que ce n’est pas une endométriose « véritable » et la mauvaise c’est que tu souffres d’adénomyose ». Elle m’a ensuite expliqué que c’était compliqué de m’annoncer ceci à mon âge car j’avais 20 ans à ce jour et que c’est une maladie qui devrait survenir à l’âge de 35-40 ans. Elle m’annonce alors que le combat va être long et surtout va être mené un peu à l’aveugle. Aujourd’hui je prends un traitement tous les jours mais le mal de ventre est présent régulièrement, nécessitant à certains moment que je m’assois tellement ça me fait mal. Mais j’ai appris à vivre avec voilà tout.

Un combat ? oui. 

Ça pourrait être pire, c’est ce que je me dis mais c’est mon combat à moi et il n’est pas facile tous les jours.
Je reviens sur ce blog après de longs mois d’absence mais quoi de mieux qu’un article sur ce sujet alors qu’en entre dans le mois de lutte contre l’endométriose… ?
Claire.